Reading
Michael Amar (PBW) : “Le Web3 a besoin des acteurs du Web2”

Twitter ARticle Share

Linkedin Article Share

Facebook article share

Michael Amar (PBW) : “Le Web3 a besoin des acteurs du Web2”

Michael Amar (PBW) : “Le Web3 a besoin des acteurs du Web2”Michael Amar (PBW) : “Le Web3 a besoin des acteurs du Web2”

Pour sa quatrième édition, la Paris Blockchain Week (20-24 mars) accueillera de nombreux acteurs traditionnels. Un choix revendiqué par son organisateur, Michael Amar.

Il y a clairement deux éléments qui jouent. D’abord, le fait que l’année a été très compliquée pour le secteur crypto avec en point d’orgue la chute de FTX. Beaucoup d’acteurs ont été touchés. Ils ont réduit la voilure et participent donc moins aux événements, notamment financièrement.

Et le second point, qui est directement lié au premier, c’est que la nature a horreur du vide : les entreprises traditionnelles, notamment les Big Tech, ont bien vu qu’il y avait une place à prendre et elles sont donc davantage présentes.

Comme vous l’avez dit, le secteur crypto subit de plein fouet la crise. N’est-ce pas compliqué d’organiser un tel événement dans ces conditions ?

Ce n’est évidemment pas un contexte favorable. Organiser un événement comme la PBW coûte de l’argent, et le sponsoring est très important. Hors billetterie, cela représente plus de 50% de notre budget, donc la baisse de l’investissement des acteurs cryptos a un impact.

Allez-vous être à l’équilibre ?

Oui, c’est prévu.

Comment ?

Justement grâce à de nouveaux acteurs comme Google et d’autres entreprises et marques, notamment dans le luxe. Il y a des dizaines de marques mondialement connues qui seront présentes.

Est-ce qu’en vous adossant à tous ces groupes vous ne craignez pas de trahir un peu l’esprit du Web3 ?

Non pas du tout, c’est même l’inverse, selon moi. En fait, les choses sont assez simples : si nous restons entre nous, l’écosystème Web3 ne va pas se développer, du moins pas assez vite.

Qu’est-ce que les géants du Web2 apportent ?

Plein de choses et notamment les utilisateurs. Quand Instagram se met aux NFTs, ce sont potentiellement des centaines de millions de personnes qui peuvent minter des NFTs, en posséder, se les échanger…

Si je voulais être un peu piquant, je dirais même qu’il y a une certaine forme d’hypocrisie à ne pas vouloir de ces grands groupes. La plupart des projets crypto et Web3 travaillent avec les géants de la Tech sans même peut-être le savoir.

La réalité, c’est que si nous voulons que le Web3 se développe, il faut aller là où sont les utilisateurs. Imaginer qu’on fera le Web3 sans les acteurs Web2 est une illusion. Le Web3 a besoin des acteurs du Web2.

Comment va se dérouler cette édition ? Vous avez adapté l’événement à ces nouveaux venus ?

Nous n’avons rien changé, mais l’événement est davantage tourné vers le business. Nous allons avoir plusieurs moments forts comme la “Talent Fair” qui est une journée dédiée aux entreprises qui cherchent des profils Web3. Il y en aura plus de 1000 !

Beaucoup d’entreprises veulent se lancer les cryptos, faire une collection de NFTs, mais ce n’est pas simple de savoir avec qui travailler, comment, pourquoi ? On veut les aider là-dessus.

Il y aura aussi une journée investisseurs qui réunira des centaines d’acteurs, fonds d’investissement, hedge funds, family offices, fonds souverains, qui cherchent des projets dans lesquels investir. Et nous aurons bien sûr des conférences et de nombreux speakers comme le patron de Reddit, le CEO de l’Oréal, le responsable de tout ce qui est NFT chez Meta, les équipes de Solana

Certains se plaignent du prix des tickets qui atteignent plusieurs milliers d’euros. Que leur répondez-vous ?

Oui, je comprends, mais nous sommes un événement dédié aux entreprises, et nous l’assumons. Cette année, nous sommes au Carrousel du Louvre, en plein Paris, avec des gens qui viennent de toute la planète.

Tout ça a un coût, mais il faut bien comprendre que c’est une énorme opportunité pour les entreprises. Pour quelques milliers d’euros, vous pouvez accéder à des fonds d’investissement, de potentiels clients ou partenaires, c’est une vraie chance.

On parle de Google, Meta, Reddit… Y aura-t-il suffisamment d’entreprises françaises et européennes à la PBW ?

Bien sûr, on table sur 20% de Français et plus de la moitié d’Européens. Rares sont les événements d’envergure internationale où les Français sont aussi bien représentés. Mais on doit aussi se féliciter que Paris accueille autant de groupes de dimension mondiale.

Est-ce que vous n’avez pas le sentiment qu’il y a trop de conférences ?

Je ne sais pas, les conférences sont très différentes : certaines sont très techniques, très tournées vers les particuliers. Nous, nous visons un public plus business et composées d’entreprises.

Combien de personnes attendez-vous ?

Nous visons 10.000 personnes sur la semaine, ce qui serait presque deux fois plus que 2022 (6000, ndlr) !

Quel est votre objectif cette année ?

Qu’il y ait du business et que l’Europe et la France rayonnent. Lors de notre première édition, nous avons fait venir Binance et d’autres gros acteurs, et on voit que tous ces acteurs sont aujourd’hui présents en France. C’est une excellente chose.

Tout ce qui compte dans le Web3. Chaque semaine.
25€/mois
30 jours d’essai gratuit.
S'abonner
Tout ce qui compte dans le web3.
Les meilleurs news et analyses cryptos. Chaque semaine. 100% indépendant.
S'abonner
Dans cet article
No items found.
Prochain article
No items found.
Dans cette catégorie