Reading
ConsenSys : les plans du géant de l’écosystème Ethereum

Twitter ARticle Share

Linkedin Article Share

Facebook article share

ConsenSys : les plans du géant de l’écosystème Ethereum

ConsenSys :  les plans du géant  de l’écosystème EthereumConsenSys :  les plans du géant  de l’écosystème Ethereum

Après plusieurs années de flou stratégique, le géant ConsenSys semble enfin avoir défini une feuille de route claire. Exit l'accompagnement des entreprises traditionnelles, la priorité est désormais axée sur le développement de Metamask et Linea avec un focus sur les entreprises et les utilisateurs crypto-natifs.

C'est l'une des entreprises les plus importantes du secteur, mais aussi celle dont la stratégie a été la moins lisible ces dernières années. Lancée dans le sillage de la création d'Ethereum en 2014-2015, la start-up américaine (cofondée par Joe Lubin, co-inventeur d'Ethereum avec Vitalik Buterin) avait été initialement conçue pour soutenir financièrement l'écosystème afin d'acculturer le monde traditionnel à cette technologie.

"ConsenSys a commencé en fournissant du conseil à des entreprises traditionnelles qui souhaitaient faire des expérimentations dans la blockchain", se souvient Stanislas Barthelemi, Lead Blockchain & Crypto chez KPMG. Mais aujourd'hui, cette vision est dépassée.

L'entreprise est en train de pivoter pour se concentrer principalement sur le développement d'infrastructures, en délaissant l'accompagnement des corporates traditionnels.

"Aujourd'hui, nous nous adressons aux institutions les plus actives sur les réseaux blockchains à savoir, les fonds crypto, les sociétés de capital-risque crypto et les sociétés favorisant l’émergence d’infrastructures on-chain", explique à The Big Whale un porte-parole de ConsenSys.

Alors comment expliquer ce changement de stratégie ?

"ConsenSys a remporté la bataille qui l'opposait à des entreprises comme IBM et leurs solutions de blockchains privées", remarque une source proche de l'entreprise. "La blockchain publique s'est imposée et ConsenSys n'a plus besoin de convaincre les entreprises d'opter pour cette solution", indique-t-elle.

"Les entreprises et les grands corporates traditionnels sont encore dans une logique d'expérimentation vis-à-vis de la blockchain qui est encore pour eux essentiellement un générateur de coûts avec peu de chiffre d’affaires à la clé", explique Nicolas Bacca, cofondateur de Ledger et ancien CTO de la licorne française. "Elles ne sont donc pas encore des acteurs de choix pour des entreprises comme ConsenSys dans l’optique d’une collaboration stable et durable", complète-t-il.

ConsenSys (près de 800 salariés, dont 69 en France) souhaite désormais mettre son énergie et sa puissance financière au service d'outils qui, eux, favoriseront l'adoption de masse, tout en générant des revenus stables et en étant le moins possible tributaire des fluctuations du marché.

On se souvient notamment que l'entreprise avait été contrainte de licencier 60% de ses effectifs fin 2018 après une chute de 94% du prix de l'ether (ETH). Aujourd'hui, la société semble plus solide, notamment après ses levées de fonds de 715 millions de dollars en 2021-2022 notamment auprès du fonds souverain singapourien Temasek, de Softbank, de Microsoft ou encore de la plus grande banque d'affaires américaine JPMorgan. "Il est également important de préciser que nos investisseurs sont autant composés d’acteurs traditionnels que de fonds crypto-natifs", précise ConsenSys à The Big Whale.

ConsenSys a également fait le ménage dans ses activités peu rentables. Longtemps un de ses produits centraux, la société va progressivement décentraliser Infura, son fournisseur d'infrastructures qui permet notamment d'opérer des nœuds blockchain ou de développer des applications. "Nous n'avons jamais véritablement réussi à le monétiser", indique une source interne à ConsenSys.

Deux produits phares sont désormais au cœur de sa stratégie : Metamask, le portefeuille numérique référence dans l'écosystème Ethereum (30 millions d'utilisateurs), et Linea, une couche secondaire d'Ethereum (layer 2).

La poule aux œufs d'or Metamask

"Metamask reste la principale porte d'entrée vers Ethereum, cela lui confère un avantage concurrentiel de taille, ce produit a toujours été une source importante de revenus via les frais générés par les swaps", confirme Nicolas Bacca.

Les chiffres ne sont pas publics, mais le portefeuille aurait généré plus de 250 millions de dollars de revenus en 2022 en prélevant 0,875% sur ces échanges crypto-crypto. Mais attention à ne pas se reposer sur ses lauriers.

Le secteur des wallets est hautement concurrentiel et plusieurs projets plus récents connaissent une croissance importante, dont Rabby, créé en 2021 par DeBank, une plateforme de suivi de portefeuille de finance décentralisée (DeFi) qui est appréciée par de nombreux utilisateurs.

Le point fort de Rabby est qu’il permet de changer de blockchain de manière quasiment invisible pour l’utilisateur. Il est globalement beaucoup plus agréable et simple à utiliser que Metamask.

"Les équipes de Metamask ont longtemps sous-estimé l’expérience utilisateur en jugeant que c’était aux usagers de s’adapter aux spécificités du Web3”, confie un expert. “Mais c’est en train de changer, il y a eu beaucoup d’efforts déployés dans ce sens ces derniers mois”.

"Les deux dernières années ont été consacrées à une refonte complète de Metamask, cela a pris du temps, comme beaucoup de choses chez ConsenSys”, insiste-t-il. “C’est souvent plus difficile d’innover lorsqu’on est le leader d’un secteur”, note l’expert.

Pour plusieurs ex-salariés, ConsenSys aurait été frappé par d’importantes divergences stratégiques et l’incapacité à trancher dans le vif lorsque c’était nécessaire.

Selon nos informations, Metamask devrait bientôt présenter une solution “d’abstraction de compte” (account abstraction). Cette fonctionnalité récente d’Ethereum permet notamment d’éliminer la gestion fastidieuse de la clé privée, dont l’oubli ou le vol expose les utilisateurs à une perte de leurs fonds. Désormais, on pourra se connecter ou retrouver son accès via de la reconnaissance faciale, digitale ou même par e-mail.

Les grands projets pour Linea

Autre chantier de taille, ConsenSys développe désormais Linea, sa solution de couche secondaire (layer 2) permettant de décharger Ethereum en offrant des frais de transactions peu coûteux. Son lancement a eu lieu mi-2023 et semble promis à un avenir prometteur en raison de la compétence technique des équipes de ConsenSys et son intégration dans Metamask.

"Nos chercheurs travaillent sur cette solution depuis plus de deux ans maintenant”, confie Nicolas Liochon, en charge de Linea et chef de la recherche et du développement chez ConsenSys. “Nous ambitionnons d’offrir la solution de scalabilité la moins chère du marché”, insiste-t-il.

Actuellement, la valeur immobilisée (TVL) dans les applications développées sur Linea tourne autour de 400 millions de dollars.

Mais, là aussi, la concurrence est féroce sur ce créneau. Linea doit affronter des mastodontes comme Arbitrum (16 milliards de dollars de TVL), Optimism (9 milliards), Blast (3 milliards), Starknet (1,7 milliard), Base (1,3 milliard) ou encore ZkSync (800 millions).

Linea n’est pas encore au même niveau de développement des deux leaders, mais son attractivité pourrait prochainement augmenter avec le lancement d’un token. Celui-ci n’a jamais été annoncé officiellement, mais des échanges avec certains membres de ConsenSys nous ont confirmé son lancement d’ici la fin 2024.

En outre, Linea a récemment lancé une campagne de quêtes permettant aux utilisateurs d’accumuler des points en effectuant des tâches sur le réseau. Ce type de stratégie préfigure la plupart du temps une opération dite de “airdrop” qui consiste à récompenser les premiers usagers d’un protocole en leur envoyant des tokens gratuitement.

De quoi ramener ConsenSys sur le devant de la scène ?

"L'énorme avantage de ConsenSys est d'être au cœur de l'écosystème d'Ethereum depuis sa création en 2015, c'est un énorme avantage par rapport à la concurrence", souffle un ancien responsable de l'entreprise. "Après une période un peu floue, on sent que ConsenSys a désormais une stratégie claire et la remontée des marchés peut lui permettre d'envisager sereinement les mois qui viennent", indique-t-il.

"Il faut néanmoins se méfier de cette toute-puissance financière", prévient un autre ex-ConsenSys. "Certaines personnes incompétentes occupent ou ont occupé des postes stratégiques, expliquant les atermoiements de ces dernières années. Avoir beaucoup d'argent n'est pas forcément un avantage car cela empêche parfois d'être pragmatique", confie-t-il.

Tout ce qui compte en Web3. Chaque semaine.
25€/mois
12.5€/mois
Offre disponible jusqu’au 30.04.2024. 30 jours d’essai gratuit.
S'abonner
Tout ce qui compte dans le web3.
Les meilleurs news et analyses cryptos. Chaque semaine. 100% indépendant.
S'abonner
Dans cet article
No items found.
Prochain article
No items found.
Dans cette catégorie